Le mix-énergétique

Le mix-énergétique

Un bouquet d'énergies diversifié et toujours plus « vert »

La multi-énergie, une réponse au réchauffement climatique, à la raréfaction des ressources et à la crise énergétique

La Compagnie de Chauffage s’est orientée depuis longtemps dans une démarche multi-énergies et privilégie les ressources locales dans ses choix énergétiques (bois, déchets ménagers, farines animales). Un bouquet complété par des combustibles de réseau (gaz) et des combustibles fossiles stockables (charbon, fioul) en constante diminution.

Un bouquet d’énergies diversifié et toujours plus « vert »

Aujourd’hui plus de 80 000 tonnes de bois recyclés et de plaquettes forestières sont transformées en chaleur sur les sites de la Poterne et de la Villeneuve, dont le tonnage a quintuplé en 12 ans. Chaque année, plus de 160 000 tonnes de déchets ménagers sont valorisées en chaleur sur le site d’Athanor à la Tronche pour chauffer l’équivalent de 30 000 logements. Pendant les trois mois d’été, la valorisation des déchets permet de fournir l’ensemble des clients en eau chaude sanitaire. Au final, les énergies renouvelables sont passées de 20 % en 1990 à plus de 60 % actuellement.

L’objectif atteint de 50 % de chaleur produite à partir d’énergies renouvelables et de récupération permet à nos abonnés et usagers de bénéficier du taux réduit de T.V.A (5,5 % au lieu de 19,6 %) sur l’ensemble de la facturation (abonnement + consommation) depuis mars 2009.

Six énergies valent mieux qu’une

Le recyclage des ordures ménagères et du bois énergie contribuent à réduire notre dépendance énergétique et à mieux sécuriser nos approvisionnements. La multi-énergies est un atout qui permet d’amortir les variations à la hausse des prix des énergies fossiles et de proposer à nos clients une énergie compétitive. Elle contribue à une meilleure qualité de l’air par une réduction des gaz à effet de serre.

Le bois énergie

La Compagnie de Chauffage fait feu de tout bois

Dès l’automne 1994, la Centrale de la Villeneuve a valorisé en chaleur du bois de récupération pour atteindre 1 400 tonnes traitées sur la saison 94/95. La valorisation en bois est passée de 1 400 tonnes à 88 600 tonnes entre 1995 et 2016 avec un record de 104 000 tonnes sur l'année civile 2017. Parallèlement, la part des énergies renouvelables dans l’énergie produite est passée de 21 % en 1990 à plus de 60 % à ce jour.

Chauffer la ville avec le Bois Energie

Aujourd’hui plus de 80 000 tonnes de bois recyclé et de plaquettes forestières sont transformées chaque année en chaleur sur les sites de la Poterne et de la Villeneuve, dont le tonnage a quintuplé en 12 ans. Dans le bouquet énergétique, la part du bois est passée sur la même période de 7 % à 28 %. Le bois énergie a contribué à dépasser le seuil de 50 % de chaleur produite issue d’énergies renouvelables et de récupération (EnR§R). Au final, l’entreprise a réduit ses émissions de C02 de près de 60 % depuis 1990 alors que l’objectif fixe une réduction de 20 % à l’horizon 2020.

Le bois, un combustible écologique

Lors de sa combustion, le bois n’apporte pas de dioxyde de carbone (C02) supplémentaire à l’atmosphère car il recycle le carbone capté par la végétation au cours de sa croissance. Les systèmes de traitement des rejets gazeux en place à la centrale de la Villeneuve et de la Poterne assurent des performances supérieures aux normes en vigueur. Le réseau de chaleur est devenu l’une des meilleures réponses au réchauffement de la planète et à la pollution des villes.

Pour une filière bois locale structurée

La Compagnie de Chauffage souhaite mieux sécuriser l’approvisionnement de la ressource bois par la mise en place d’une filière bois structurée, dynamique et pérenne. Au final, c’est garantir un prix compétitif et stable de ce combustible et éviter tout mouvement spéculatif. L’objectif est la création d’une charte relative au développement d’une filière biomasse en circuit court située à moins de 100 km de l’agglomération grenobloise. L’ADEME* estime que 1 000 tonnes de bois consommées correspondent à 1 emploi à temps plein, soit 3 à 4 fois plus que les filières fossiles.

Perspectives : Horizon 2020

La Compagnie de Chauffage s’est engagée à accélérer le recours aux énergies renouvelables en remplacement des énergies fossiles. L’objectif à l’horizon 2020 est d’adapter les outils de production pour atteindre 140 000 tonnes de bois et atteindre le seuil de 75 % de chaleur issue d’énergies renouvelables et de récupération. Le réseau de chaleur est devenu un outil exemplaire au service d’une politique énergétique durable, des économies d’énergie et du cadre de vie.

 

Les déchets ménagers

De la chaleur utile avec les déchets ménagers

La CCIAG répond aux besoins des collectivités locales pour valoriser en énergie les déchets ménagers générés sur l’agglomération grenobloise.
La CCIAG valorise en moyenne chaque année 160 000 tonnes de déchets ménagers pour alimenter en chaleur et en eau chaude sanitaire 30 000 logements de l’agglomération grenobloise. Pendant les mois d’été, cette valorisation alimente l’ensemble des clients en eau chaude sanitaire. Chaque habitant de l’agglomération produit en moyenne 1 kg de déchets par jour. C’est deux fois plus qu’il y a quarante ans et on estime que les déchets ménagers de sept familles permettent d’en chauffer une autre.

Un centre de traitement des déchets performant pour une agglomération propre

La matière collectée arrive par camion sur le centre de tri d’Athanor situé sur la commune de la Tronche. Elle intègre alors la chaîne de traitement et de valorisation des déchets mise en place, basée sur la collecte, le tri sélectif, le recyclage, le compostage et l’incinération associée à une récupération de chaleur et une production d’électricité.
L’usine de valorisation énergétique (UVE) Athanor certifiée ISO 9001 (Qualité), ISO 14001 (Environnement), OHSAS 18001 (sécurité et santé du personnel) et ISO 50001 (management de l'énergie) possède 3 fours d’une capacité de 8 tonnes/heure dans lesquels la matière est brûlée à une température supérieure à 850°C. Les dispositifs de traitement des rejets atmosphériques assurent des performances supérieures aux normes en vigueur.

Une énergie éco-citoyenne

La valorisation des déchets à la centrale de chauffe d’Athanor participe pour un tiers à l’énergie produite par la Compagnie de Chauffage en complément, du bois, farines animales, fioul, charbon et gaz. Le recyclage des ordures ménagères élargit le bouquet d’énergies, assure la sécurité des approvisionnements et protège l’environnement.
En valorisant cette énergie locale, la Compagnie de Chauffage apporte une réponse efficace au problème de la gestion des déchets et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

 

Les énergies fossiles

Minorer la part des énergies fossiles

En dépit des choix d’énergies renouvelables et locales, les combustibles traditionnels bien qu’en constante régression restent encore présents. Le gaz naturel, mis en valeur par la cogénération permet de produire à la fois de l’électricité et de la chaleur. Le charbon et le fioul, sont transformés en chaleur dans les meilleures conditions techniques possibles intégrant des dispositifs de traitement des rejets gazeux. Le fioul utilisé en pointe l’hiver est à très basse teneur en soufre. Les investissements technologiques prennent en compte les exigences des années à venir et assurent dès à présent des performances supérieures aux normes européennes en vigueur.
La CCIAG s’engage à minorer la part des énergies fossiles. C’est limiter le plus possible le fioul, combustible encore indispensable pour répondre aux pics de consommation en hiver et le substituer progressivement par du bio carburant. C’est supprimer à moyen terme le charbon.

 

Nos cinq centrales de production

Cinq centrales de chauffe interconnectées produisent en toute sécurité la chaleur et l’eau chaude sanitaire

La production de chaleur est assurée par des centrales de chauffe comprenant : les unités de stockage de combustibles, les chaudières, les dispositifs de traitement des rejets gazeux, les unités de production d’électricité et d’eau.
Le réseau de production de la Cie de Chauffage compte cinq centrales de chauffe dont une fonctionne toute l’année : Athanor, propriété de la Metro (déchets ménagers). D’octobre à avril, deux centrales s’ajoutent à cette production : la Poterne (charbon, bois, farines), et la Villeneuve (charbon, bois). Deux centrales de secours, fonctionnant au fioul, peuvent assurer un dépannage d’appoint : Vaucanson et le CEA.

Top